Système d'arrosage enterré

Les avantages de l’arrosage enterré

Nombreux sont les avantages d’installer un système d’arrosage enterré automatique :

  • l’agrément de pouvoir arroser automatiquement votre jardin même quand vous n’êtes pas là ou lorsque vous êtes en vacances, sans avoir à demander à votre voisin de bien vouloir s’en occuper ;
  • l’assurance que chaque zone reçoive la quantité d’eau nécessaire et suffisante, sans gaspillage, et donc la certitude d’une utilisation plus rationnelle de l’eau ;
  • l’absence de tuyauteries en surface, qui gênent le passage d’engins comme la tondeuse ; ces arroseurs sont placés juste au niveau du sol et passent donc inaperçus au repos ;
  • le fonctionnement silencieux des asperseurs pour vivre en bon voisinage ;
  • la rehausse de la valeur de votre propriété ; aujourd’hui, en fait, un espace vert digne de ce nom ne peut se priver de l’apport d’un système d’arrosage automatique.

ATTENTION AU FROID
Dans les zones de gelées, prévoyez l’installation d’un clapet de vidange ou purgeur au point le plus bas de chaque circuit. Quand le circuit est fermé et l’eau ne circule pas, le clapet s’ouvre automatiquement et laisse s’écouler l’eau résiduelle qui en gelant pourraient endommager les tuyaux. Le clapet de vidange se bloque automatiquement quand le circuit est ouvert.

Quantifier la quantité d’eau dont vous disposez

 

Les systèmes d’arrosage enterrés de type traditionnel, qui utilisent des tuyaux en PE Ø 25 mm- Ø 32 mm et des tuyères escamotables "Pop-up" ou des turbines, ont besoin pour fonctionner correctement d’un débit d’au moins 25-30 l/min et d’une pression minimale de 3 bars.
Si votre alimentation en eau n’est pas suffisante, il vous reste encore la possibilité de :

  1. vous orienter vers l’installation d’un “Colibrì System” (toujours si les prérequis existent, voir rubrique dédiée).
  2. Vous orienter vers l’installation d’un système d’arrosage de surface.
  3. Suivre la procédure indiquée ci-après :
    • prévoyez un réservoir de capacité équivalente ou supérieure à la quantité d’eau nécessaire pour au moins un arrosage complet de votre jardin ;
    • branchez-le à une alimentation en eau (par ex. : réseau de distribution d’eau, eau de pluie) ;
    • Installez une pompe (même de surface) d’une puissance moyenne comprise entre 1-1,5 ch et d’une hauteur d’élévation minimale de 35-40 m, à laquelle doit correspondre un débit fonction de la consommation d’eau des arroseurs installés.

Mesurer la pression de l’eau

Raccordez un manomètre au nez d’un robinet extérieur, ouvrez complètement le robinet sans faire couler l’eau dans d’autres points d’eau d’alimentation de la maison (pression STATIQUE). Notez que vous pouvez demander à votre plombier de vous prêter ou louer cet appareil. Mesurez la pression à différentes heures de la journée et de la nuit. Remarquez que le débit est généralement plus important la nuit.

Mesurer le débit d’eau

Calculer le débit est très simple. Il vous suffit de chronométrer le temps de remplissage d’un seau dont vous connaissez la capacité.
Par exemple, si un seau de 10 litres se remplit en 20 secondes, le débit d’eau sera de 30 litres par minute.

Réaliser un plan précis de l’installation

Munissez-vous d’un compas et tracez les cercles complets ou les secteurs de cercle des arroseurs choisis, jusqu’à couvrir toute la surface à irriguer. Pour optimiser l’arrosage, placez d’abord les arroseurs des angles (90°), puis ceux des bordures ( 180°) et enfin ceux dans les espaces libres (360°). Les exemples de ces pages vous montrent les emplacements nécessaires pour couvrir uniformément les parcelles étroites et longues. Les cercles, comme illustré par les exemples, s’entrecoupent pour garantir à la fois la couverture totale de la surface à irriguer et la distribution d’une même dose d’eau dans tous les points.

Diviser l’installation en circuits

À l’aide du tableau des performances des arroseurs, indiquez sur le plan la consommation d’eau en l/min de chaque arroseur choisi. Après quoi, regroupez les arroseurs en zones distinctes (en utilisant des couleurs différentes), en additionnant progressivement les débits de chacun d’eux. Veillez à ce que la somme des débits des arroseurs de chaque zone (soit la consommation d’eau de chaque zone) n’excède pas le débit potentiel de l’alimentation. Cherchez à réaliser un système équilibré, à savoir que la consommation d’eau de chaque circuit soit la même.

Tracer le chemin des tuyaux

À partir du point d’emplacement des électrovannes de pilotage de chacun des circuits, tracez à présent le tuyau de raccordement de chaque vanne avec les arroseurs, regroupés auparavant par zone, pour réaliser des circuits de vannes indépendants. Dans la nécessité de devoir ensuite creuser des tranchées pour poser le tuyau en polyéthylène, il est préférable de tracer des lignes droites en évitant autant que possible allées, terrasses ou obstacles difficilement franchissables ensuite « in situ ».

Plans des surfaces arrosées

Les plans suivants fournissent des exemples d’emplacement des arroseurs ; par conséquent, considérez que :

  • les arroseurs 90° doivent être placés dans les angles du jardin ;
  • les arroseurs 180° doivent être placés sur les côtés ;
  • les arroseurs réglables doivent être utilisés pour les angles de 270° ou irréguliers ;
  • les arroseurs 360° doivent être utilisés pour les zones centrales qui ne seraient éventuellement pas encore couvertes

Pertes de charge

Attention à la PERTE DE CHARGE dans les tuyauteries ; ce tableau donne les valeurs à retrancher de la pression statique disponible en amont. La pression DYNAMIQUE résultante doit être suffisante pour permettre le fonctionnement des arroseurs comme prévu.

Le système pratique à réaliser soi-même

Sortez dans le jardin et transformez votre projet en un système qui fonctionne réellement.

1) tuyau d’alimentation

L’ensemble des vannes est constitué de chacune des vannes d’ouverture et de fermeture des circuits.
Le tuyau d’alimentation sur lequel sont montées en dérivation les vannes supporte toute la pression statique (lorsque le circuit est fermé), raison pour laquelle il doit être réalisé en métal, sans la moindre perte.
En règle générale, le diamètre du tuyau utilisé pour raccorder les vannes à la ligne d’alimentation ne devrait pas être inférieur au diamètre des vannes.

2) vanne en amont

Il est d’autre part important d’installer sur la tuyauterie principale, en amont des électrovannes des circuits, une vanne à guillotine pour isoler tout le système d’arrosage lorsque cela est nécessaire (par exemple, pour réaliser des travaux d’entretien).

3) cheminement des tuyaux

Après avoir réalisé le bloc de vannes raccordé au tuyau d’alimentation, vous devez maintenant tracer sur le terrain, projet à la main, le cheminement des tuyaux de chacun des circuits. Plantez des piquets là où vous prévoyez d’installer un arroseur. Reliez-le ensuite avec une ficelle ou en saupoudrant un peu de plâtre pour repérer le cheminement des tuyaux de chaque circuit, de l’électrovanne à l’ensemble des arroseurs prévus.

4) réalisation des tranchées

À l’aide d’une bêche, creusez des tranchées d’une profondeur minimale de 20-25 cm : cette opération n’est pas trop fatigante et protège suffisamment le système du gel.
Pour ne pas abîmer la pelouse, il est de règle d’étaler une bâche plastique sur laquelle verser la terre excavée.

5) mise en place des arroseurs

Posez à présent, à côté de chaque piquet, l’arroseur prévu à cet endroit et le collier de prise en charge fileté (avant de raccorder l’allonge, souvenez-vous de percer le tuyau en utilisant une perceuse avec une mèche de 10 mm).

6) tuyau en polyéthylène

Déroulez ensuite le tuyau en polyéthylène en suivant le tracé, des vannes aux piquets. Posez par terre, aux points où ils seront installés, les raccords de dérivation (en T) ou les jonctions, ainsi que les clapets de vidange. Redressez bien le tuyau pour le couper à la dimension souhaitée (il est préférable d’avoir une longueur de tuyau plus grande). Coupez le tuyau avec une scie à métaux et éliminez les bavures avec une lime fine avant d’installer les raccords à compression (ceci garantit une étanchéité parfaite sans fuites d’eau).

7) installation

Une fois tous les circuits prêts en surface et obtenu l’arrosage désiré, vous pouvez commencer à enterrer les tuyaux. Posez le tuyau du circuit dans la tranchée en vous assurant que les arroseurs affleurent la surface du sol (l’allonge ajustable filetée qui supporte les arroseurs vous aidera dans cette vérification). Vous devez maintenant raccorder entre eux, avec les arroseurs et avec le clapet de vidange comme défini par le projet,
tous les tronçons de tuyau préparés (les dérivations).

8) test

Après avoir fixé les arroseurs en position verticale (attachez-les aux piquets avec une ficelle), procédez à la première mise en eau et effectuez les déplacements éventuellement nécessaires pour l’obtention d’une couverture totale de la zone à arroser.
N’oubliez pas surtout au terme du test de fonctionnement d’éliminer tous résidus de terreau et autres impuretés du circuit. Enlevez la tête de chaque arroseur, simplement en la dévissant : en ouvrant les vannes, le débit d’eau purgera le circuit. Revissez ensuite les têtes d’arrosage. À ce point, il ne vous reste plus qu’à effectuer le remblayage des tranchées et de niveler la surface avec le terrain environnant (et avec le bord supérieur des arroseurs affleurant). Votre système d’arrosage est maintenant prêt à fonctionner aux "ordres" du programmateur automatique.